MARC ALBERT
Entre chorégraphie et matière, une correspondance qui finit par un voyage : celui de l'apesanteur, des corps moulés, des dragons lumineux. A suivre pour une traversée des continents, avec ses figures de proue...
GERARD ALTMANN
Les paysages de Gérard Altmann, à la limite du réel, hommage aux pierres, aux océans, aux collines, aux arbres, à la ville, hommage à la peinture
COLETTE BIQUAND
Terre de feu, de pigments colorés, de glaçures, d' émaux : une multiplicité des langages, des gestes se reflète dans cette(s)cul(p)ture millénaire. Elle crée un langage inscrit dans la terre, désormais adopté par la création céramique.
EVELYNE BOINOT 
Evelyne Boinot, princesse canasson, dit-elle, avec un presque sourire et un brin de dérision, authentique et modeste princesse, aux rêves acrobatiques dont elle nomme ses œuvres.
A côté des paysages, des ruines, " Dans le vent de l’histoire " , des lignes blessées, noeuds et stries de porcelaine, du végétal, ses chevaux sont une pause. Mais voilà qu’ils se mettent à courir, sauter, se lover, décliner des matières et des couleurs, rêver de voler sur des nuages. Alors les chevaux de Géricault , les courses de Degas, au milieu des « Décombres », le cheval fougueux de Mazeppa, l’hommage à Marini, rappellent son étonnante vitalité à parler de l’histoire, de l’art, des artistes, des poètes ; à embrasser le présent et à se rebeller. 
Chaque oeuvre est un plaidoyer pour l’arbre, la nature, l’environnement.
NANI CHAMPY-SCHOTT
"A l'ombre des grands arbres", Nani trouve un univers personnel. Ses séries de petits bols continuent de nous enchanter. Elle y trouve encore son plaisir. Elle donne à ses coques des formes de coquillages, des couleurs ambrées, des verts céladon. Elle fissure leurs surfaces et les décore d'empreintes de tout un petit peuple de la mer. A force d'enroulement, elle se rapproche des courbes du corps, de la sensualité.  
HÉLÈNE DELANOË
Des collages inspirés par les grandes découvertes, le goût de l'Italie, les paysages orientalistes, l'artiste passe aux accidents de la nature, au feu et aux volcans. Elle aime ce voyage qui dit l'essentiel, choisit le mouvement à la narration. Elle en arrive au signe, au gestuel, toujours avec une grande technicité, un goût pour les glacis et l'encre.
SARAÏ DELFENDHAL
Univers d'enfance ou point de mélancolie, on suit les personnages imaginaires de Saraï. A ce peuple de personnages, elle offre une mise en scène . Accrochés au mur, en multiples, déroulant leur cortège, l'artiste n'est jamais à court d'imagination pour les faire entrer dans un récit.

ISABELLE DE LUCA
Entre dessins et peinture, un travail lent et minutieux capte les carnations, les traits, les expressions, la nature des arbres et des fleurs, les saisons, les ciels.
Le dessin est précis, progressif, à la mine de plomb, sur papier canson et bristol. Les fonds à la craie donnent de la profondeur aux sujets.
CHRISTINE FABRE
Sculpteur, céramiste, utilisant le verre et le métal, pour créer une archéologie imaginaire de bijoux, coupes, visages, animaux,  On est pris au jeu.
YOSHIMI FUTAMURA
Par ses origines japonaises, Yoshimi Futamura appartient à la tradition de la céramique. De ce rituel tangible et sacré, elle a créé son approche d’une matière et d’une esthétique, tiré plaisir de la symbolique du contenant qui donne au toucher et à la sensualité un rapport au quotidien.
L’incertitude des transformations en éléments minéraux et végétaux, est sa recherche, celle autant de la matière que de la forme. Racines, Bulbes sont des moments suspendus, où le rien bascule en autre chose, le désir en création.

GAËLLE GUINGANT-CONVERT
" Ce monde presque moléculaire se déplie devant nous, multiple et répétitif et pourtant composé de modules subtilement différents.De grès ou de porcelaine, les tonalités restent douces et sobres pour mieux valoriser la qualité des surfaces et l’architecture des pièces et des compositions. » Terralha 2013
STEPHANE HERBELIN
Entre la sculpture, le pastel et l'huile, le portrait et la nature morte, son oeuvre est attachée à la mémoire des choses, à la beauté intérieure, au costume, à la culture. Marquée par un séjour à la Villa Médicis, elle décline sa culture orientale, son goût pour la mythologie.
IDKA
Un parcours dans le temps, la recherche, l’obsession, la vitalité transforme une toile, puis une autre, en œuvre.
Ainsi va la peinture d’Idka, méditation sur la vie, approche intérieure de la nature, sonore de couleurs, mystérieuse de personnages et de sentiments.
AGATHE LARPENT
Ses oeuvres sont des objets-sculptures, des formes de boîtes ou de bols,  des pavés qui racontent la croûte terrestre, des tapisseries d’émaux et des sols de lumière. 
Elle les nomme «  pierres de jour et de nuit, pierres de silence », des passages et des souvenirs, avec des effets d’oxydes et des feux de cuisson,
Arrêtons nous sur l’aire de la Repotte, sur l’autoroute du soleil, les grands murs de couleur  traduisent son savoir faire, l’art de décliner les nuances, de saisir les reflets de la lumière sur les coulures de l’émail.

MARIE-LAURENCE LAMY
« cette clarté discrète, ces visages huilés de sagesse, l’extrême réserve, la concavité intérieure », que décrit Henri Michaux. Du portrait poétique, aux formes ovoïdes, elle aborde la voie de la nature morte, puis celle des collages, papiers déchirés,  entre tissage et sculptures de carton, récupérant rainures et lignes de la matière.
CHRISTIAN LEGENDRE
Après quelques années vouées à la peinture, aux ombres et aux lumières, l'artiste se convertit à la céramique. Il n'est pas architecte mais jardinier, il regarde la terre monter en graine, il observe les réveils de la nature, il la peuple d'oiseaux, il observe les rivières et les étangs, donne à ses contenants des formes zoomorphes. Il finit par peindre un dialogue entre les arbres.
GAËLLE Le GUILLOU
Prix de la Ville de Nantes
Un peuple d’éléments marins, de plantes, de lignes, de caricatures, envahissent les plats, coupes, boîtes, vases, soulignés d’engobes de couleurs et d’une couverte transparente. Ses architectures sont des immeubles, des tours, des églises, des hôtels de bord de mer au climat exotique ; les rapports de couleurs sont sourds et épicés, le graphisme sobre et géométrique. Nourrie de contes, elle modèle des galeries de « gueules cassées » à la Daumier.
PAUL LEMMON
Univers quotidien, femmes ou hommes au pub, au bord de la plage, décrits en couleurs acides, plus descriptifs d'un moment que d'un visage. Art de la mise en scène ...
DANIELLE LESCOT
Après les premières pièces de terre tournées et assemblées pour en faire des personnages, elle s’engage dans une voie plus conceptuelle, fait des architectures abstraites et colorées dans l’espace et sur le support de la toile, tandis que la photographie reste un domaine confidentiel.​​​​​​​
JEANNE K LICHLÉ
Paysages dans le vent, mouvements de sportifs pris au vol, une grammaire du geste et de la courbe rassemblée en un corps de femme : elle ose la couleur de l'émotion exprimée, aime confondre les ombres des prairies, prétexter la forme des corps pour la couleur pure et le temps limite.
BRIGITTE MARIONNEAU
" Je suis sculpteur. J’ai choisi la terre. La terre m’a choisie. Elle s’est imposée à moi comme une évidence. D'elle, j’ai appris tous ses possibles. Je ne pouvais pas me confronter à un autre matériau. Un matériau dur, dense qui nécessitait un rapport de force physique dans les gestes. Avec la terre il y a une relation très souple, très sensuelle, très active. C’est un travail tout en douceur." Propos recueillis par Raynal Pellicer

MARTIN MCWILLIAM
Dans Rain and lines, grès enfumage et pigments, l'oeuvre est symbolique de sa grammaire de formes, verticalité et rondeur,  féminin-masculin. Il met le dialogue en péril et en stabilité, par un jeu de trompe l'oeil. 
 Pas d’espace intérieur, pas de mouvement. L’œuvre est la projection d’un immense savoir-faire, d’une concentration des masses et d’un silence qui sert d’antidote à un monde éparpillé.
FREEDA MIRANDA
Archéologue, savante, poétique, Freeda cherche à confondre la modernité à sa culture. Elle avance dans cette magie du feu, avec un goût particulier pour les couleurs tendres ou acides des émaux. 
ELISABETH RAPHAËL
A travers une culture nourrie de la pensée de ses maitres, Levinas, Jabès, et de civilisation chinoise , l'artiste s'engage dans un chemin poétique et artistique inspiré de l'Ecriture du livre " version plastique du livre des psaumes". Si les supports de l'écriture utilise d'abord la fragilité de la porcelaine, elle se nourrit de limites et de contradictions, associe dans la sculpture utilise grès et métal et c'est le béton mêlé au pigment qu'elle étale sur la toile.
ANDOCHE PRAUDEL
Peintre, photographe, philosophe, poète, céramiste, l'artiste suit les nuages, les étoiles filantes, les feux de cuisson, entre ses attaches corréziennes et complicités japonaises.
DANIELA ROMAN
Si la photographie  pointe l’objectif sur l’œuvre, par des champs de vision qui lui donnent du relief, mettent la peinture ou la narration en scène, nous touchons aussi au partage, 
à ce que l’œuvre doit à la reproductibilité, à ses variations. Elle prend ainsi place, autonomie à travers un écran, trouve une individualité, pose la question de son sens.
Sur le reportage photographique d’un atelier d’artiste que je commandais à Daniela Roman, j’ai été séduite par l’autoportrait qu’elle réalisa, son image dans un miroir prenant l’œuvre à témoin de sa présence. 
L’objet et le sujet du reportage se brouillaient, me ramenant à cette mise en abyme que l’œuvre d’art utilise tout au long de son histoire.
EVA ROUCKA
Un style, une énergie. Née dans un régime totalitaire, l’actuelle Tchéquie, Eva Roucka se penche vers des valeurs intérieures qui ont éclaté, laissant place à plus de désirs, plus de satisfactions... Caricaturiste, elle explore un univers quotidien, charge les traits de ses personnages, parodie l’abondance matérielle, utilise la couleur et l’épanouissement des corps, entre sourire et grincement. 
MARC UZAN
Une oeuvre de référence sur l'émail, la forme, la couleur
un céramiste en permanente évolution qui va jusqu'à surprendre et séduire les décorateurs les plus contemporains. Ne jamais se fier aux apparences, chaque oeuvre parfaite est unique et non reproductible.
CHRISTINE VIALLET
Entrée dans le monde de la céramique par la grande porte du musée des Arts Décoratifs, elle abandonne le chemin des exposition. Elle écrit des livres de poésie inscrivant son sens de la vie et crée une association pour aider les enfants du Tiers-Monde. Elle retrouve avec évidence et simplicité la saga familiale, son ascendance avec Majorelle, dans l'apprentissage du "faire". Dans son atelier face aux Pyrénées, elle tourne des pièces aux formes parfaites, crée, de magnifiques émaux, et s'initie aux fours à papier où elle multiplie les décors dus à la simple magie du feu.
WABE
Un univers ludique, grotesque, un manège exotique, des personnages imaginaires, un livre de contes...Il faut se trouver dans l'atelier de wabé pour donner sens aux rêves et aux métamorphoses...Abracadabran, elle donne vie à ce qui n'existe pas. C'est avec légèreté et sourire qu'elle se déplace dans cet univers de fées et de sorciers. Elle crée des oeuvres immenses, des fontaines, des places dans les villes. Autant une oeuvre de commande qu'un bijou qui nous enchante au quotidien.
SYLVIA ZOTTA
Premier prix de céramique internationale, à la Biennale de Faenza. Une place ludique et innovante, sur le nombre, la série, la récupération, l'écriture, la couleur.
Back to Top